Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

balade du 11-10-2014 sur la nécropole de Thiais

balade à Thiais  le 11-10-2014

 


Trois mois que je ne suis venu à Thiais et pour fêter mon retour sur ce site que j'aime particulièrement, ce matin  il tombe des cordes, le temps de prendre un petit encas et me voilà parti avec une agréable pensée, car outre la reprise, je vais y retrouver une amie que je n'ai pas vue depuis un bon moment, elle va mieux et donc sera présente à la balade.


Quand j'arrive sur la nécropole, il ne tombe plus qu'une petite bruine, les techniciens en poste me saluent je reviendrais vers eux une fois ma voiture garée, des formes avec peu de contraste m'obligent à lever le nez au ciel, ce sont plusieurs Goélands argentés (Larus argentatus) au sol, une  Bergeronnette grise (Motacilla alba) sur la grande place arpente s'arrête de temps à autre en hochant la queue comme il se doit.


Le ciel, justement, il est Plombé à souhait, un peu de vent humide venant du Sud et agitant la cime des grands peupliers, mais rien d'assez fort pour ralentir  le vol puissant d'une escadrille de Perruches.


l'heure approche et alors que j'ai trouvé refuge sous le préau, elle arrive tout sourire au visage, Catherine va vraiment mieux et cela se voit vraiment, au loin, un pic, un vert lance un rire sarcastique, l'un de ses  cousins lui répond plus ou moins par des cris de contacts, ponctués de longs silences.


Alors que nous sommes près des voitures, une tête inconnue approche, à la présentation il s'agit de Stéphane un gars du groupe ornitho 94 et nous allons nous remettre à l'abri sous le préau, puis j'utilise l'écran de l'APN pour montrer les photos  du "torcol parisien" qui anime en ce moment tout le microcosme de l'ornithologie de la capitale et au-delà par sa présence et son observation des plus faciles.


C'est au tour de Michel  d'arriver il délaisse pour la matinée le Bois de Boulogne où il anime lui-même des balades et  après nous avoir repéré, vient vers nous  il a toujours son air souriant si agréable, accroché au visage, ce lui des gens à l'aise en presque toute circonstance.


Après une petite discussion, c'est le début de la balade, un Pic vert (Picus viridis) femelle au sol cherche sa nourriture puis se dérobe à notre regard, olivier arrive à ce moment-là pour clore le nombre de participants.


Nos  balades ouvertes ont dû manquer aux techniciens du site, car plusieurs d'entre eux, viendront nous saluer et prendre des nouvelles, un véritable plaisir de convivialité.


Notre promenade se poursuit, sur le carré militaire de la parcelle N°1 où des Mésanges à longue queue (Aegithalos caudatus), un groupe de sept individus, bondissant de branches en branches est repéré, puis près de la limite du cimetière, ici, c'est quatre Grives draines (Turdus viscivorus) que l'on peut voir, nous sommes perplexes, nous ne pouvons les comptabiliser, car elles ne sont pas dans l'enceinte du cimetière, mais quelques instants plus tard, ce sera chose faite.

 

272Q8764 drine.jpg

Dans ce secteur, les passereaux sont légion, cela donne une animation importante, les espèces son variées un immature ou une femelle de Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros), des Mésanges bleues (Cyanistes caeruleus) ou charbonnières, ainsi que  des Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla).


Une sitelle semble être entendu par deux d'entre nous, mais pas confirmée plus tard donc, nous ne la comptabiliserons pas en fin de matinée.

 

272Q8763 rouge.jpg

Les allées sont couvertes de feuilles, donnant un aspect de sous-bois à la jolie couleur rousse, l'automne est bien là n'en doutons plus.


Un Geai des chênes (Garrulus glandarius) est entendu, puis il est repéré dans les airs, il transporte quelque chose dans le bec, j'aurais dû me décider plus tôt pour la photo, celle-ci ne servira que pour identifier la chose transportée.


Cette espèce bien connue pour récolter des glands en cette saison dans le but de  constituer des réserves de nourritures pour l'hiver est l'un des vecteurs de repopulation des chênes.

 

272Q8769 geai.jpg

Les corvidés sont assez bien présents avec la Pie bavarde (Pica pica), aperçue de-ci de là perchée sur un minéral posée au sol ou en vol, idem pour la Corneille noire (Corvus corone) que nous voyons plus fréquemment que sa cousine.


Ici, l'humidité et palpable, le cri suraigu du grimpereau et parfaitement audible pour le plaisir de tous, mais le plumage chiné de ce petit passereau l'aide à passer inaperçu.


Dans l'avenue de l'Est, des  Perruches à collier (Psittacula krameri) provoquent un véritable vacarme au niveau des Noisetiers de Byzance, les cris viennent de partout, mais les oiseaux exotiques sont quasi invisibles, tant le mimétisme est parfait.

 

272Q8803 perruche.jpg


Il faut dire que si par endroit, les feuilles tombent comme des mouches ouvrant la porte à la morte saison, ici la couverture foliaire est toujours bien en place et les oiseaux couleur sinople y sont parfaitement dissimulés.



La raison de ce tintamarre, est tout bonnement que les psittacidés disputent à un Écureuil roux (Sciurus vulgaris) la nourriture arboricole et celui-ci se réfugie dans son nid qui semble être fait de branchettes à la manière de celui d'un corvidé plutôt qu'une grosse boule de feuilles sèches.

 

 

272Q8776 ecureuil.jpg

Olivier s'arrête pour regarder des champignons de belles tailles, plus ou moins comestibles qui poussent ça-et-là et de faire plusieurs commentaires sur l'espèce que l'on peut voir sous notre nez.

 

272Q8808 olivier.jpg

Quelques Pigeons ramier (Columba palumbus) décollent à notre approche, un gros oiseaux plonge en rase-motte puis disparait, au jizz , c'est un Faucon et plusieurs fois nous le verrons furtivement jusqu'à ce qu'il daigne se montrer dans un axe favorable et poursuivant sa course nous pourrons en déterminer le sexe au vol avant qu'il ne se pose bien en évidence au sommet d'un if, mais à une bonne distance.


Un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) mâle, cette espèce de petit rapace sédentaire au site est bien présente toutes l'année même pour la reproduction, trouve ici l'espace dont elle a besoin.


Dans les haies des Mésanges charbonnières (Parus major) et plus loin, c'est un Rougegorge familier (Erithacus rubecula) le cliquetis de ce dernier sera entendu à plusieurs reprises sur le reste de la balade et parfaitement observé quelques fois.

 

272Q3307rougegorge-.jpg

Un petit passereau est aperçu puis disparait pour monter au sommet d'un arbre de taille moyenne, c'est un Accenteur mouchet (Prunella modularis), puis un deuxième, tout à côté  une femelle de Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), curieuse, semble venir aux nouvelles.


Si nous trouvons normale la présence du sylviidé  à cette hauteur, celle des accenteurs nous apparait comme moins courante, s'en suit une discussion sur les appellations en abrégé lors de compte rendu comme FTN, PGS et bien d'autres, qui nous amuse un temps.


Le Verdier d'Europe (Chloris chloris) est entendu  quand un individu de l'espèce passe au-dessus de nous en vol, alors que dans les plus hautes branches d'un arbre, des grives s'activent, encore des draines, mais également une Grive musicienne (Turdus philomelos), il me semble qu'il y a un bon moment que nous n'en avions observé.


Encore une fois, le chant des Etourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) arrive à nous tromper quelques secondes, mais l'identification et tout de même assez rapide.


Pour ce matin, la friche n'apporte pas grand-chose, il faut dire que le service technique de  par ses agents, a rasé à blanc toutes les parcelles encombrées par la Renouée du Japon cela donne une impression de grands vides.


Dans les petits arbustes, le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) est bien présent tant par le chant que par la présence visuelle, alors que de vielles histoires sur la recherche de ma chimère resurgissent sournoisement et amenant leurs cortèges de sourires en coin, moqueurs pour certains, désabusés pour ma part, mais toujours dans la bonne humeur.


Un pic, un vert encore une fois traverse une parcelle de son vol puissant et chaloupé puis une autre, son cousin le Pic épeiche (Dendrocopos major) que l'on avait entendu déjà est enfin aperçu, ses sous caudale rouge écarlates font merveille dans la lumière d'un soleil timide, mais persévérant.

 

272Q8810 epeiche.jpg

Quelques Pigeons bisets (Columba livia), éparse son aperçu seul ou en groupes, peu par rapport à d'habitude, de même que les Mésanges,  bleues ou autres, je trouve que nous en voyons peu même si les observations sont parfaites.


Et puis d'un coup, c'est l'effervescence, venant de notre droite, un gros  groupe de fringiles au vol, entre 20 et 25 des Serins cini (Serinus serinus) il y a un bon moment que nous n'en avions vu sur le site, mais un tel nombre de plus.


Manifestement en migration active, ils passent au-dessus des arbres puis disparaissent à notre vue, nous chercherons mais ne les retrouverons pas, par contre nous décèlerons la présence d'une Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea) au chant qui a bien faillit passer inaperçus dans la recherche des précédents.


Même si l'on a l'impression qu'il y en a peu, nous voyons assez souvent le Merle noir (Turdus merula), que ce soit la femelle, avec son cri extrêmement aigu ou l'alarme du mâle en fuite, il y en a presque partout.


La femelle de Pinson des arbres (Fringilla coelebs), est parfaitement identifiée, il me viendra des réflexions sur les dialectes que possède cette espèce de par sa répartition, les  Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) quant à eux ne posent pas de problème pour leur reconnaissance.


C'est le moment où nous arrivons derrière la conserverie, dans les petits arbres, nous voyons virevolter une bonne quantité de petits passereaux, les jumelles vissées sur le nez, ne laissent aucun doute sur l'espèce, des Pouillots véloces (Phylloscopus collybita), on les voit également plonger dans les haies de troènes et même se poser au sol, c'est magique.

 

272Q8925 véloce.jpg

Encore un grimpereau et puis alors que nous voyons les pouillots s'égailler en direction de la limite du cimetière, un cri strident, sans aucun doute un Roitelet huppé (Regulus regulus), on le cherche dans l'un des ifs, derrière chez Franck et nous le trouvons,  il y en a même deux, eux aussi aurait pus s'appeler véloce tant ils ne tiennent pas en place.


Son cousin à triple bandeau  est apparemment de la fête, mais seuls quelques-uns d'entres nous ont la chance de pouvoir l'apercevoir.

 

272Q8936 huppé.jpg

Une Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus), a été observée, mais je ne me rappelle plus trop quand exactement, elle aidera à clore la liste des oiseaux rencontrés ce matin.


C'est la fin de la balade, comme pour renouer avec nos habitudes, nous finirons chez l'américain d'en face, pour déjeuner  et mettre à plat la liste des 32 espèces d'oiseaux observées ce matin et celle du mammifère arboricole que nous aimons tant, mais sans y ajouter le piaf domestique  qui a pris depuis belle lurette ses quartiers à deux pas des cornets de frites.



1) Goéland argenté
2) Bergeronnette grise
3) Perruche à collier
4) Pic vert
5) Mésange à longue queue
6) Grive draines.
7) Rougequeue noir
8) Grimpereau des jardins
9) Geai des chêne
10) Pie bavarde
11) Corneille noire
12) Pigeon ramier
13) Faucon crécerelle
14) Mésanges charbonnières
15) Rougegorge familier
16) Accenteur mouchet
17) Fauvette à tête noire
18) Verdier d'Europe
19) Grive musicienne
20) Etourneaux sansonnets
21) Troglodyte mignon
22) Pic épeiche
23) Pigeons bisets
24) Mésanges bleues
25) Serins cini
26) Bergeronnette des ruisseaux
27) Merle noir
28)Pinson des arbres
29) Chardonneret élégant
30) pouillot véloce
31) Roitelet huppé
32) Mouette rieuse



27/10/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres