Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Aigrette garzette Egretta garzetta

Autres hérons du site : Butor étoilé Botaurus stellaris ,  Blongios nain   Ixobrychus minutus , Bihoreau gris  Nycticorax nycticorax , Héron garde-bœufs Bubulcus ibis , Crabier chevelu Ardeola ralloides , Grande Aigrette Casmerodius albus , Héron cendré Ardea cinerea , Héron pourpré Ardea purpurea , Héron vert Butorides virescens , Aigrette tricolore Egretta tricolor, Aigrette bleue Egretta caerulea , Aigrette neigeuse Egretta thula , Grand héron Ardea herodias , Héron agami  Agamia agami , Héron strié Butorides striataHéron cocoi Ardea cocoi .

  

  

Chez nos voisins : Little Egret, Seidenreiher, Garceta Común, Kleine zilverreiger, Garzetta.

  

  

Aigrette garzette (Egretta garzetta)

  

Règne : Animalia 

  

Embranchement : Chordata 

  

Sous-embranchement : Vertebra

  

Classe : Aves

  

Ordre : Pelecaniformes

  

Famille : Ardéidés

  

Genre : Egretta  

  

Espèce : Garzetta

  

  

Linnaeus : 1766

  

  

   J F M A M J J A S O N D

Présente à l'année et reproductrice en France  

  

  

De 55 à 65 centimètres de longueur, pour une l’envergure 88 à 102 cm et accusant un poids d’environ  500 grammes, elle possède en outre,  une espérance de vie de neuf ans, c’est un moyen gabarit pour les hérons.

 

Comme sa grande cousine, son plumage, est entièrement immaculé, il arrive même qu’elle soit appelée « héron blanc », elle arbore en période de reproduction un genre de huppe à l’arrière du vertex constitué de quelques longues et fines plumes blanches ses pattes noires sont terminées par des doigts jaunes.

 

Le gris bleuté à la base du bec montre un oiseau non nichant. En effet la garzette, outre ses superbes plumes de la tête de la poitrine et du bas du dos, ces dernières, portant le nom de Crosses qui ont fait son malheur, arbore également un beau bec coloré de jaune vif pendant la période de nidification et pour les adultes reproducteurs.

 

 garzette_a.jpg

 

Au début du printemps, du fait de son caractère grégaire, le nid situé à une hauteur variable et qui est implanté dans une héronnière souvent mixte, reçois trois à cinq œufs avec un intervalle d’un ou deux jours et dont l'incubation dure environ de 21 à 25 jours.

 

Les petits nidicoles, naissent avec les pattes ainsi que le bec rose, ceux-ci devenant grisâtre avec le temps, au terme de 21 à 24 ils quittent le nid, pour prendre leur premier essor 15 jours plus tard.

 

En 1908, la reine d’Angleterre décréta que les dames de la cour n’orneraient plus leurs chapeaux de plumes d’aigrette. 

       

Pour obéir à leur monarque, celles-ci renoncèrent aux plumes d’aigrette et toutes les femmes du pays, pour être à la mode, suivirent leur exemple.

 

Ainsi, grâce à un édit royal, les aigrettes furent sauvées de l’extermination et surtout de la bêtise dut à la coquetterie des femmes de l’époque!

 

Facilement observable sur le  littoral et les bassins adjacents, mais aussi largement répandu à l'intérieur des terres, sur les eaux saumâtres.

 

De taille moyenne, entièrement blanche, les pattes noires aux doigts jaunes la différencient de tous les autres hérons blancs du paléarctique occidental.

 

Elle se sert de ses doigts pour faire bouger le fond vaseux, afin d'en déloger quelques proies cachées. 

  

Si l'unes d'elles tentent de se dérober, la garzette  n'hésite pas à lui courir après,  une attitude que ne possède pas la Grande aigrette (Ardea alba) !

 

Bien que superbement paré de magnifiques plumes, les lores gris bleus nous avertissent que c'est un oiseau sans compagnon pour cette année.

 

Cet oiseau passe le plus clair de son temps dans l'eau où il arpente inlassablement à la recherche de sa pitance.

 

Son régime alimentaire, est constitué de petits poissons, ainsi que  de mollusques et autres invertébrés aquatiques variés du fait que cette espèce le littoral côté maritime.

 

Cette Aigrette  est un migrateur partiel, certaines restent dans le sud de la France, d'autres vont en  Espagne d'autres encore descendent plus bas vers l'Afrique pour hiverner.

 

Il existe à ce jour trois sous-espèces de la garzette, à savoir Egretta garzetta garzetta, l’oiseau qui figure sur cette série de photos, mais aussi, Egretta garzetta nigripes ainsi que Egretta garzetta immaculata.

 

Comme tous les Ardéidés, cette espèce est soutenue par une protection totale depuis le 17 avril 1981 sur la totalité de la France en effet elle est enregistrée sur « la directive oiseaux » de l’union européenne.

  

  

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

  

  

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

  

 

  

Recherches plus faciles ←



25/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres